Les ailes dorées d’Ingrid Falaise

low_01-6554Finale

L’auteure, qu’on a d’abord connue comme comédienne, a ému la province entière l’année dernière à l’annonce de ses fiançailles. Ingrid Falaise s’est mariée cet été, mais elle s’est d’abord jointe à nous en studio. En mots et en images, notre rencontre avec la blonde captivante.

Non sans frissons
«J’ai reculé de quatre ou cinq pas. Je pense que, pendant 20 secondes, mes genoux m’ont lâchée. Je ne m’y attendais tellement, mais tellement pas! Je ne savais pas quoi répondre», confie Ingrid, toujours émue par ce grand moment. Cédric, son prince barbu, lui a demandé sa main le jour de son anniversaire.

Ils s’étaient aperçus pour la première fois deux ans plus tôt, pendant un concert. Il chantait au Verre Bouteille, un bar de Montréal. Elle était spectatrice. Une semaine plus tard, ils se sont revus par hasard, et la magie a opéré. «Il est passé à côté de moi. Écoute… la chair de poule, précise-t-elle en désignant son bras. C’était le coup de foudre à la deuxième rencontre. On ne s’est jamais quittés depuis.» Et ils sont maintenant mariés.

Y croire
«Je veux que tu sois dans ma vie et dans celle de mes enfants pour toujours»: ainsi a été formulée la grande demande de son prince. La nouvelle a ensuite rapidement circulé sur les médias sociaux. «J’avais envie de partager ce moment, explique l’auteure. J’ai l’impression que tout le monde connaît mon intimité et que les gens veulent que je sois heureuse. Ils souhaitent mon gros bonheur.» Les yeux brillants et la voix tremblante, Ingrid insiste: «Je veux leur permettre de toucher à ma joie.»

«Les ailes repoussent. On peut choisir d’être victime toute sa vie ; mais on peut aussi choisir d’aimer à nouveau et d’ouvrir notre cœur avec notre baluchon d’expériences de vie, et c’est ce que j’ai fait avec Cédric.» Cette déclaration inspirée, elle la livre avec un certain automatisme et une conviction flagrante.

Le jour «M»
La cérémonie a eu lieu le 11 juin à l’extérieur du Théâtre La Marjolaine, propriété de Marc-André Coallier, à Eastman. «J’ai toujours voulu me marier à cet endroit. Marc-André m’a dit: “je te prête ma place.”»

Cédric y a monté un cadre auquel était fixée une vieille porte dénichée par le couple. C’est à cet endroit précis que la mariée a fait son entrée. Elle s’est avancée le long d’une allée de bois installée pour l’occasion, couverte d’un tapis de jute, pour aller rejoindre «les gens qu’elle aime le plus sur terre». Elle portait une robe sublime, à la fois chic et sexy. «En l’essayant, je suis tombée en amour, j’ai pleuré. C’était celle-là, la robe. Je le savais en la mettant.»

Avant de nous quitter, la nouvelle mariée nous a offert le conseil suivant: «Il faut déléguer et, le jour du mariage, on ne pense plus à rien pour être capable de profiter du moment.» On se concentre sur l’instant présent et « ce qui adviendra, adviendra!»

 low_01-6522Finale

«Je n’avais pas essayé cette coupe avant mon mariage, mais cette robe est magnifique. Féminine et délicate, elle me colle à la peau.» Robe, 23 995 $, ZUHAIR MURAD, chez Kleinfeld. Boucles d’oreilles, 32 295 $, Birks Muse, chez BIRKS.

low_02b-6724Finale

«Des jupes ajustées et des chemisiers de soie, j’en porte au quotidien. Une jupe bouffante de princesse, avec le haut edgy, je trouve ça fantastique comme look!» Jupe, 2 950 $ (vendue avec un haut), PRONOVIAS ; chemisier, 795 $, VAL STEFANI, chez Château de la mariée Nadia.

low_03-6863Finale

«Quand j’ai vu ma bague pour la première fois, à la séance photo, je tremblais, je pleurais, j’ai eu des frissons. Pour moi, c’est la plus belle bague du monde!» Robe, 3 499 $, TARA KEELY, chez Christianne Brunelle. Boucles d’oreilles, 32 295 $, Birks Muse, chez Birks. Bague faite sur mesure pour Ingrid, FLAMME EN ROSE.

DENIS BINET NOUS REFILE SES CONSEILS COIFFURE POUR LES GRANDES OCCASIONS.

Répondre